L’inaudible et inavouable souffrance patronale : le cas du licenciement en PME/TPE

Publié par

Parmi les décisions que les dirigeants de PME prennent, le licenciement est souvent perçu comme la décision la plus difficile à prendre mais aussi la plus dure à vivre.

Le licenciement est souvent vécu comme un échec personnel aux conséquences psychiques et psychologiques parfois désastreuses tant pour le licencié que pour le licencieur. Curieusement, cette souffrance du licencieur n’est jamais évoquée en contexte PME.
L’objet de ce chapitre est double. D’une part, nous essaierons d’expliquer les raisons de cette absence de travaux. D’autre part, nous montrerons dans quelle mesure la proximité qui fonde selon nous la spécificité de management des PME est une caractéristique qui amplifie la souffrance en situation de licenciement. Nous évoquerons aussi la différence fondamentale avec la grande entreprise dont les licenciements s’opèrent dans le cadre d’une division des tâches qui permet aux décideurs de se protéger. Si dans les PME et TPE, le licenciement est un acte qui se vit dans la proximité amplifiant les phénomènes émotionnels et parfois traumatiques, dans les très grandes entreprises, la fermeture d’une usine et la gestion du plan social de licenciements n’est jamais qu’une opération de gestion à distance

Auteurs:

Olivier TORRÈS
Université de Montpellier

Chercheur associé à l’EM.LYON Business School

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *