Du contrôle de gestion en PME innovantes : un paradoxe organisationnel ?

Publié par

L’importance des PME dans l’économie française est reconnue. En 2010, les 3,2 millions de PME représentaient 99,9 % des entreprises1. La création en 2013 de la Banque Publique d’Investissement chargée d’apporter un soutien aux petites et moyennes entreprises montre le potentiel que représentent ces organisations. Les différentes aides proposées aux PME innovantes démontrent l’intérêt des pouvoirs publics pour ce type d’entreprises.

Pourtant, elles demeurent un objet de recherche faiblement étudié, notamment dans le domaine du contrôle de gestion. Une des étapes majeures dans le développement de la PME innovante est l’introduction du contrôle de gestion car l’entreprise va devoir gérer la « managérialisation » de son fonctionnement. Les études sur le contrôle de gestion dans les start-up sont récentes (Davila, 2005 ; Davila et Foster, 2005 ; Sandino, 2007 ;
Cardinal et al. 2004), en nombre faible et principalement anglophone. Cardinal
et al. (2004) soulignent le fait qu’il existe peu de travaux, empiriques ou théoriques,
cherchant à répondre à la problématique comment le contrôle de gestion
apparaît initialement ? A fortiori, Smith et Tushman (2005) recommandent de s’intéresser davantage aux contradictions stratégiques. La problématique de notre recherche est au coeur de ces préoccupations : « Comment concilier la dimension
entrepreneuriale de la PME innovante et la dimension structurante du contrôle
de gestion ? ». Pour répondre à cette problématique, nous étudions le paradoxe
organisationnel lié au dilemme exploration / exploitation. L’ambidextérité est une
condition de succès des entreprises dans le contexte économique et technologique
contemporain (Besson et Soulerot, 2009) d’où l’intérêt de l’analyser dans le
cas particulier de la PME innovante. À cette fin, des entretiens semi-directifs avec
des dirigeants de PME innovantes sont conduits dans le cadre de la phase exploratoire
d’une recherche. Ils mettent en évidence l’intérêt d’introduire un système de contrôle de gestion dans les PME innovantes. Dans une première partie, nous mettons en évidence le paradoxe organisationnel auquel est confrontée la PME innovante lorsqu’elle introduit du contrôle de gestion. La deuxième partie présente l’étude empirique. La troisième partie offre une analyse du matériau collecté et une discussion.

Auteurs:

Cindy ZAWADZKI
Professeure associée Neoma Business School – Campus de Reims

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *